RETOUR AU LOCAL : Celles qui attendent et l’engagement diasporique de Fatou Diome

Auteurs

  • Anna‐Leena Toivanen

DOI :

https://doi.org/10.18352/relief.658

Mots-clés :

Globalisation, Postnationalism, Diaspora, Feminist literature, Social engagement

Résumé

La littérature africaine du XXIe siècle est marquée par des affinités transnationales au lieu d’une approche nationale et locale. La théorie postcoloniale hégémonique a consolidé le paradigme postnational en mettant l’accent sur les métaphores délocalisées. Dans son roman Celles qui attendent (2010), Fatou Diome examine la face souvent tue par les discours littéraires diaspo‐riques : les réalités difficiles de ceux qui ne profitent pas directement de la logique du transnationalisme et continuent à subir les précarités de la condition postcoloniale nationale. Le présent article se propose de prospecter les dimensions complexes de l’engagement de Diome.

Biographie de l'auteur

Anna‐Leena Toivanen

Anna-Leena Toivanen (University of Jyväskylä, Finland) completed her doctoral thesis on the production and authorship of the Zimbabwean writers Yvonne Vera and Dambudzo Marechera in the context of the Zimbabwe crisis. Her postdoctoral research project is focused on the intertwinement of transnational mobility, globalisation and the failures of postcolonial nationhood in Anglo- and Francophone Sub-saharan African women’s writing. Her articles have recently appeared in Research in African Literatures and Postcolonial Text.

Téléchargements

Publié

2011-11-10

Comment citer

Toivanen, A. (2011) « RETOUR AU LOCAL : Celles qui attendent et l’engagement diasporique de Fatou Diome », RELIEF - Revue électronique de littérature française, 5(1), p. 62–77. doi: 10.18352/relief.658.

Numéro

Rubrique

Articles – dossier thématique