LE RÈGNE DU SÉMIOTIQUE : Fondement de la poéticité du langage romanesque chez Ken Bugul

Auteurs

  • Christian Ahihou

DOI :

https://doi.org/10.18352/relief.655

Mots-clés :

Sémiotique, poéticité, Ken Bugul, rythme, roman

Résumé

Le règne du sémiotique dans le langage a pour effet le passage au premier plan des formes du langage que sont notamment la musicalité et les jeux de mots. C’est vrai pour Ken Bugul qui a affirmé que : « La langue maternelle, c’est des sentiments, des odeurs, des sonorités, des attouchements. C’est la langue de ma mère et non la langue de la mère de tout le monde ». Certes, le signe ne perd pas sa signification, mais il subit la domination du caractère poétique du langage qui le porte.

Biographie de l'auteur

Christian Ahihou

Christian Ahihou est un doctorant à l’université de Floride aux Etats Unis. Il se spécialise en littérature française et francophone. Sa thèse qui porte sur l’esthétique de la langue et du langage littéraires dans les romans de Ken Bugul a pour titre : « Langue et langage littéraires chez Ken Bugul – Techniques et effets de glissement dans l’écriture du roman ».

Téléchargements

Publié

2011-11-10

Comment citer

Ahihou, C. (2011) « LE RÈGNE DU SÉMIOTIQUE : Fondement de la poéticité du langage romanesque chez Ken Bugul », RELIEF - Revue électronique de littérature française, 5(1), p. 33–43. doi: 10.18352/relief.655.

Numéro

Rubrique

Articles – dossier thématique