Entre voix et voie : Annie Ernaux lectrice

Auteurs

  • Pierre-Louis Fort Cergy Paris Université

DOI :

https://doi.org/10.51777/relief18418

Mots-clés :

mémoire, identité, intertextualité, lectrice, Annie Ernaux, Simone de Beauvoir, essai

Résumé

Mémoire de fille (2016) est une œuvre entièrement traversée et même structurellement sous-tendue par la présence des livres, éléments clés dans l’enquête menée par Annie Ernaux au moment où elle se fait métaphoriquement lectrice d’elle-même. Tout le récit peut ainsi se (re)lire au prisme des lectures, faites ou à venir, qui jouent avec/de la construction personnelle et interrogent l’(im)permanence  de soi. C’est cette dimension qu'investit cet article en analysant la façon dont la lecture est mise en œuvre dans Mémoire de fille pour montrer qu’elle est simultanément voie et voix. Entendons par là une lecture comme voie de l’écriture (dimension scripturale : faire se réaliser l’enquête) et comme voix de soi (dimension identitaire : s’entendre et se (re)trouver).

Biographie de l'auteur

  • Pierre-Louis Fort, Cergy Paris Université

    Pierre-Louis Fort est professeur des universités à CY Cergy Paris Université. Ses recherches portent sur la littérature française des XXe et XXIe siècles. Récemment, il a publié un ouvrage portant sur Simone de Beauvoir aux Presses universitaires de Vincennes (2016) et dirigé le Cahier de l’Herne consacré à Annie Ernaux (2022).  Son essai Les Deuils sans noms. Écritures contemporaines de la perte vient de paraître aux éditions Classiques Garnier  dans la collection « Théorie de la littérature » (2023).

Téléchargements

Publiée

14-12-2023

Comment citer

« Entre voix et voie : Annie Ernaux lectrice » (2023) Relief - Revue Électronique de Littérature Francaise, 17(2), p. 13–22. doi:10.51777/relief18418.