‘Biguine d’amour’ : l’intermélodicité ‘récituelle’ dans La Mulâtresse Solitude

Auteurs

  • Esther Eloidin

DOI :

https://doi.org/10.51777/relief11436

Mots-clés :

André Schwarz-Bart, La Mulâtresse Solitude, musique, intertextualité, intermélodicité

Résumé

Dans La Mulâtresse Solitude, André Schwarz-Bart nous livre un récit à la jonction de plusieurs textes de chansons dont il fait à la fois l’écho, la transmission, la réinterprétation, l’accentuation, la reprise et la transformation. Appliquer à ce récit la transposition du principe de l’approche intertextuelle au domaine musical, ainsi que le suggère Florence Mouchet dans son étude sur les chansons médiévales, paraît comme une évidence. Il sera donc ici question d’intermélodicité dont le récit secondaire peut se lire comme un long ‘récituel’ dédié à la mémoire des esclaves et plus particulièrement à celle de la Mulâtresse Solitude. Les travaux réalisés par Kathleen Gyssels, Élie Duprey ou encore Francine Kaufmann permettent d’étendre la réflexion dans ce sens. C’est pourquoi cette analyse tente d’apporter un autre éclairage sur le caractère profondément énigmatique de la musique schwarz-bartienne.

Biographie de l'auteur

Esther Eloidin

Doctorante en ethnomusicologie à l’Université des Antilles, Esther Eloidin est aussi auteure-nouvelliste et romancière. Anciennement professeur-documentaliste, professeur d’éducation musicale et de chant choral dans le secondaire et directrice d’un centre des arts et du spectacle dans le nord de la Martinique, elle est aussi animatrice et journaliste radio. Son domaine de recherche concerne les textes de chansons grivoises antillaises sur lesquels elle s’appuie pour analyser l’évolution de la société antillaise. Elle a publié Quatre siècles de chansons grivoises et paillardes aux Antilles-Guyane (2021) et Papy Héloise, Un artiste aux multiples facettes suite à un travail de collecte incluant un recueil de partitions d’un musicien de guitare hawaïenne, Lunel Héloise (2004). En 2003, elle a soutenu soutient son mémoire La haute taille : tradition musicale rurale du sud de la Martinique à l’université de Nice Sophia Antipolis.

Téléchargements

Publié

2021-12-27

Comment citer

Eloidin, E. (2021) « ‘Biguine d’amour’ : l’intermélodicité ‘récituelle’ dans La Mulâtresse Solitude », RELIEF - Revue électronique de littérature française, 15(2), p. 80–93. doi: 10.51777/relief11436.