« Le traducteur est un "chercheur" d’un genre particulier »

Entretien avec Philippe Noble

Auteurs

  • Olivier Sécardin Université d'Utrecht

DOI :

https://doi.org/10.51777/relief10888

Mots-clés :

traduction, France, Pays-Bas, médiateur culturel, Actes Sud, traducteur

Résumé

Philippe Noble est traducteur littéraire. On lui doit notamment la traduction d’œuvres d’Etty Hillesum, Harry Mulisch et Cees Nooteboom. Après avoir mené une carrière à l’Université, Philippe Noble s’est engagé au service des Affaires étrangères et de la diplomatie culturelle – il a été conseiller culturel à La Haye (2000-2004) et à Vienne (2008-2011), directeur de la Maison Descartes et du Réseau franco-néerlandais. Il est aussi directeur de la collection « lettres néerlandaises » chez Actes Sud. Nous nous sommes entretenus avec lui à propos de son travail de « médiateur culturel » entre la France et les Pays-Bas. L’entretien est suivi d’une bibliographie com­plète des traductions réali­sées par Philippe Noble.

Biographie de l'auteur

Olivier Sécardin, Université d'Utrecht

Olivier Sécardin est titulaire d’un doctorat de littérature comparée obtenu en Sorbonne. Après avoir enseigné dans de nombreuses universités internationales, notamment à la Columbia University de New York, à l’Université du Kyushu (au Japon), à l’Université de Chicago ainsi qu’à Cornell University (États-Unis), il est actuellement professeur assistant de littérature française à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas).

Téléchargements

Publié

2021-07-07

Comment citer

Sécardin, O. (2021) « « Le traducteur est un “chercheur” d’un genre particulier » : Entretien avec Philippe Noble », RELIEF - Revue électronique de littérature française, 15(1), p. 126–155. doi: 10.51777/relief10888.