Jacques Roubaud, piéton de Paris - échantillons de mémoire urbaine

Auteurs

  • Christophe Reig Université de Perpignan

DOI :

https://doi.org/10.18352/relief.68

Mots-clés :

Roubaud, Paris, Queneau, Poésie, Mémoire, Forme, Ville, oulipo, arrondissement, quotidien, signe, monuments, Apollinaire

Résumé

Jacques Roubaud sillonne depuis plus de cinquante ans le labyrinthe parisien en forme d’escargot. La prose de mémoire du Grand Incendie de Londres, les poèmes de La Forme d’une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains… chantent une capitale tour à tour honnie et acclimatée, un Paris pluriel qui suscite le pari d’un art poétique prouvant le mouvement en marchant, sans faire l’économie du rythme. Après Baudelaire, Apollinaire, Queneau et bien d’autres encore, Roubaud court et recourt les rues de Paris, en quête de lui-même, planifiant dans la Capitale autant de parcours de mémoire que de trajets poétiques.

Biographie de l'auteur

Christophe Reig, Université de Perpignan

- Membre de l’Unité Mixte de Recherche 7171 "Écritures de la modernité" (Université Paris III Sorbonne Nouvelle/CNRS), dir. Michel Collot, Équipe "Métamorphoses de la fiction" – direction Alain Schaffner. - Membre associé de l’EA 2983 : "Voyages, échanges, confrontations, transformations" (Perpignan, dir. Paul Carmignani)

Téléchargements

Publié

2008-01-29

Comment citer

Reig, C. (2008) « Jacques Roubaud, piéton de Paris - échantillons de mémoire urbaine », Relief: Revue Électronique de Littérature Francaise, 2(1), p. 22–39. doi: 10.18352/relief.68.

Numéro

Rubrique

Articles – dossier thématique