VOIR PROUST EN MONTAIGNE : Rorty et le « personnage » de l’ironiste

Auteurs

  • Vincent Ferré

DOI :

https://doi.org/10.18352/relief.872

Mots-clés :

Proust, Rorty, philosophie, interprétation, Ranciè

Résumé

Dans Contingence, ironie et solidarité (1989), Rorty fait de Proust un parangon de l’ironiste dans le domaine romanesque, figeant des conceptions exprimées dans Du côté de chez Swann pour les ériger en théories « de Proust » censées établir la coupure entre le langage et la réalité et témoigner d’une absence de compassion pour autrui. Ces positions, discutées par Rancière, sont ici examinées dans leur argumentation – en particulier l’absence d’appui explicite sur le texte proustien, comme s’il appartenait au lecteur de « rentoiler les fragments » pour recomposer la figure d’écrivain construite par Rorty.

 

Biographie de l'auteur

Vincent Ferré

Vincent Ferré, Professeur de littérature générale et comparée à l’université Paris Est Créteil ; membre de l’équipe Fabula. A notamment publié : L’essai fictionnel. Essai et roman chez Proust, Broch, Dos Passos (2013) ; Proust, l’étranger (co-dir., 2010) ; Proust, dialogues critiques (co-dir., 2013). Travaille également sur la réception du Moyen Âge : Dictionnaire Tolkien (dir., 2012), Médiévalisme, modernité du Moyen Age (dir., 2010).

 

Téléchargements

Publié

2013-12-13

Comment citer

Ferré, V. (2013) « VOIR PROUST EN MONTAIGNE : Rorty et le « personnage » de l’ironiste », RELIEF - Revue électronique de littérature française, 7(2), p. 36–45. doi: 10.18352/relief.872.

Numéro

Rubrique

Articles – dossier thématique