Les minores de Flaubert dans le miroir de la Correspondance

Auteurs

  • Diana Rînciog

DOI :

https://doi.org/10.18352/relief.942

Mots-clés :

correspondance, conseil, argument, sincérité, style

Résumé

La présente communication se propose d’inventorier toute la Correspondance, ce fameux « laboratoire » de Flaubert, pour mettre en évidence l’influence que l’ermite de Croisset a eu sur l’écriture et le style de certains confrères, débutants ou moins exercés (Louis Bouilhet, Ernest Feydeau, Louise Colet, Hamilton Aïdé, etc). Nous pouvons constater la minutie, l’esprit critique, même scientifique, dans les commentaires et les suggestions de Flaubert, qui a toujours des arguments pertinents pour soutenir ses idées. Nous sommes impressionnés à chaque fois par son enthousiasme ou par ses déceptions, tout comme par sa sincérité qu’on ne retrouve d’ailleurs que dans ses lettres.

Biographie de l'auteur

  • Diana Rînciog

    Rînciog est maître de conférences de l’Université Pétrole-Gaz de Ploiesti. Spécialiste de Flaubert, elle a consacré sa thèse de doctorat à l’Histoire et mentalités dans l’œuvre de Gustave Flaubert (Étude sur la Correspondance) dont la deuxième édition, préfacée par Franck Colotte, est parue en 2013. Elle participe régulièrement à des colloques consacrés à cet auteur, mais aussi à des manifestations concernant la littérature française des XIXe, XVIIe  et XXe siècles. Elle se consacre également à l’analyse des problèmes de la traduction du texte littéraire roumain en français.

Téléchargements

Publiée

19-12-2016

Numéro

Rubrique

Articles – dossier thématique

Comment citer

« Les minores de Flaubert dans le miroir de la Correspondance » (2016) Relief - Revue Électronique de Littérature Francaise, 10(2), p. 73–79. doi:10.18352/relief.942.