"Comme un organisme éminemment vivant". Entretien avec Juliette Mézenc, autour de "Elles en chambre"

Auteurs

  • Maxime Decout Sorbonne Université
  • Estelle Mouton-Rovira Université Bordeaux Montaigne

DOI :

https://doi.org/10.51777/relief18431

Mots-clés :

lectrices, autrices, littérature contemporaine, genre, pratiques d'écriture

Résumé

Publié en 2014, Elles en chambre est un livre consacré à la lecture ou à la relecture de quelques grandes autrices du XXe siècle. Juliette Mézenc, à travers de brefs chapitres, entre essai, récit et poème, interroge la façon dont ces autrices ont façonné son expérience de lectrice, dans le cadre d’une réflexion sur les conditions matérielles de l’écriture des femmes. Le texte, directement adressé aux lecteurs ou lectrices, traverse ainsi les « chambres » imaginaires de ces autrices, réactivant l’héritage de Virginia Woolf, et faisant de la lecture une forme d’hommage littéraire, un espace de réflexion sur la création et un geste de critique féministe. Cet entretien revient sur les principaux enjeux de ce travail.

Biographies de l'auteur

  • Maxime Decout, Sorbonne Université

    Maxime Decout est professeur de littérature à l’université de la Sorbonne. Il est l’auteur de quatre essais aux éditions de Minuit qui portent sur les rapports entre écriture, lecture et interprétation : En toute mauvaise foi (2015), Qui a peur de l’imitation ? (2017), Pouvoirs de l’imposture (2018) et Éloge du mauvais lecteur (2021). Il travaille par ailleurs sur les relations entre judéité et littérature auxquelles il a consacré deux livres : Albert Cohen : les fictions de la judéité (Classiques-Garnier, 2011) et Écrire la judéité (Champ Vallon, 2015). Il a participé à la publication des œuvres de Perec dans la Bibliothèque de la Pléiade (2017) et rédigé l’Album Romain Gary (Bibliothèque de la Pléiade, 2019). Son dernier livre, Faire trace. Les écritures de la Shoah, a été publié aux Éditions Corti en 2023.

  • Estelle Mouton-Rovira, Université Bordeaux Montaigne

    Estelle Mouton-Rovira est maîtresse de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses travaux portent sur les théories de la lecture, et sur les représentations de la réception et de l’interprétation dans la littérature contemporaine. Elle s’intéresse également aux enjeux intermédiaux de la lecture (performances littéraires, littérature numérique). Elle prépare actuellement la publication du livre issu de sa thèse, consacrée aux imaginaires de la réception dans le récit contemporain. Elle mène aussi un projet de recherche portant sur les héritages critiques et sur la formation des écrivain.es contemporain.es.

Téléchargements

Publiée

14-12-2023

Comment citer

« "Comme un organisme éminemment vivant". Entretien avec Juliette Mézenc, autour de “Elles en chambre” » (2023) Relief - Revue Électronique de Littérature Francaise, 17(2), p. 190–197. doi:10.51777/relief18431.