La lectrice à l’œuvre dans les fictions scientifiques

Auteurs

  • Marie Gall Université Bordeaux Montaigne

DOI :

https://doi.org/10.51777/relief18425

Mots-clés :

Margaret Cavendish, lectrice, fiction scientifique, Fontenelle, expérience de pensée

Résumé

En 1666, Margaret Cavendish fait paraître deux éditions d’un même texte de fiction, The Description of a New World, Called the Blazing World, respectivement adressées à un lectorat masculin et féminin. Cette double adresse se double d’un geste éditorial : la séparation, dans l’édition adressée aux femmes, du traité philosophique qui précédait la fiction. Cet article s’interroge sur l’articulation entre les fonctions pédagogique et heuristique du Blazing World dans le cadre précis d’une adresse féminine. À partir d’une comparaison avec les Entretiens sur la pluralité des mondes de Fontenelle, adressés explicitement (et non exclusivement) à des femmes, il s’agira de définir les rôles de la lectrice dans le processus épistémique engagé par The Blazing World.

Biographie de l'auteur

  • Marie Gall, Université Bordeaux Montaigne

    Marie Gall est doctorante contractuelle à l’Université Bordeaux Montaigne sous la direction de Violaine Giacomotto-Charra. Ses recherches portent sur la mobilisation de théories cosmo-biologiques dans les fictions scientifiques du XVIIe siècle.

Téléchargements

Publiée

14-12-2023

Comment citer

« La lectrice à l’œuvre dans les fictions scientifiques » (2023) Relief - Revue Électronique de Littérature Francaise, 17(2), p. 102–115. doi:10.51777/relief18425.