Une pionnière de la traçabilité éthique des produits d’origine animale : Marguerite Yourcenar

Auteurs

  • May Chehab Université de Chypre

DOI :

https://doi.org/10.51777/relief12347

Mots-clés :

Traçabilité, éthique, Marguerite Yourcenar, animal, antispécisme, écocritique

Résumé

Convaincue que l’unité de l’humanité est celle d’une espèce biologique que nous ne saurions extraire de l’ensemble des formes de vie sur terre qui constitue bien plus que son « environnement », Marguerite Yourcenar tente dans son œuvre de rétablir la porosité perdue entre le monde humain et l’espèce dite animale. Ce faisant, elle instaure une sorte de « traçage éthique » remontant du produit animal fini à son origine vivante, qui s’oppose aux motifs presque exclusivement utilitaires de la traçabilité usuelle.

Biographie de l'auteur

May Chehab, Université de Chypre

May Chehab est Professeur de littérature française et comparée à l’Université de Chypre. Chercheur invité de l’Institut d’Études Avancées de l’Université de Cergy-Pontoise, Stanley J. Seeger Visiting Research Fellow de l’Université de Princeton, Professeur Jean Monnet d’histoire de l’intégration européenne, elle a publié Saint-John Perse, neveu de Nietzsche (Paris, Honoré Champion, 2009), a dirigé ou co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs dont Auto/biographie : prémonitions, rêves, cauchemars, avec Beatrice Barbalato (Presses Universitaires de Louvain, 2021) ; Le(s) Style(s) de Marguerite Yourcenar (siey, Clermont-Ferrand, 2015) ; AutoBioPhagies en collaboration avec A. Lampropoulos et avec la participation de Philippe Lejeune (Peter Lang, 2011), et signé une centaine d’articles et entrées de dictionnaires sur l’antiquité au présent, la nouvelle autobiographie, les rapports entre la science, la philosophie et la littérature, l’Europe d’hier et d’aujourd’hui.

Téléchargements

Publiée

2022-07-08

Comment citer

Chehab, M. (2022) « Une pionnière de la traçabilité éthique des produits d’origine animale : Marguerite Yourcenar », Relief: Revue Électronique de Littérature Francaise, 16(1), p. 126–135. doi: 10.51777/relief12347.