Les classiques français (re)traduits dans la « Biblioteca Romantica » (1930-1942) et le cas emblématique de Madame Bovary

Auteurs

  • Letizia Carbutto Université de Rome Tor Vergata

DOI :

https://doi.org/10.51777/relief10905

Mots-clés :

Retraduction, médiateurs culturels, paratextes, stratégies éditoriales, Gustave Flaubert

Résumé

Avec la collection « Biblioteca Romantica », dirigée pour le compte de la maison d’édition Mondadori de 1930 à 1938, Giuseppe Antonio Borgese introduit en Italie un nouveau discours éditorial, qui fait de la (re)traduction le pilier et l’enjeu principal du projet. La postface que Borgese signe pour le premier volume, La Chartreuse de Parme traduite par Ferdinando Martini, devient un véritable document programmatique, dans lequel il mani­feste pleinement sa profonde sensibilité traductologique et propose une réflexion intéressante sur les rapports culturels entre France et Italie au début du XXe siècle. C’est l’importance accordée au traducteur qui fait de la « Biblioteca Romantica » un cas unique sur la scène éditoriale italienne de l’époque : l’épineuse aventure qui se joue autour de la traduction de Flaubert est ici présenté comme cas emblématique de cette nouvelle conscience traductologique.

Biographie de l'auteur

Letizia Carbutto, Université de Rome Tor Vergata

Letizia Carbutto suit actuellement un parcours de doctorat en Études comparées à l’université de Rome Tor Vergata, et prépare une thèse portant sur la traduction, retraduction et traduction d’auteur de l’œuvre de Flaubert en Italie.

Téléchargements

Publiée

2021-07-07

Comment citer

Carbutto, L. (2021) « Les classiques français (re)traduits dans la « Biblioteca Romantica » (1930-1942) et le cas emblématique de Madame Bovary », RELIEF - Revue électronique de littérature française, 15(1), p. 85–99. doi: 10.51777/relief10905.

Numéro

Rubrique

Articles – dossier thématique